Vive le 1er mai, journée internationale des ouvriers

Les ouvriers iraniens célèbrent l’anniversaire du 1er mai 1886 dans des conjavascript:self.print()re dans notre pays, ils ne sont pas autorisés à avoir leurs propres organisations. D’ailleurs ils ne sont pas non plus autorisés à organiser des manifestations ni des défilés indépendantes. Et cette année, comme les années précédentes, les ouvriers iraniens sont obligés de célébrer cette journée historiques sous la souveraineté du régime de la république islamique d’Iran (RII). Le régime qui viole depuis trois décennies le code de travail, les libertés sociales, individuelles et les conventions internationales du travail.

Depuis plus de trois décennies, la population iranienne vit sous la domination d’un régime autoritaire. Un régime qui considère tous les mouvements pour la liberté opposés à son « devoir sacré ». Au cours des dernières années, en propageant des idées moyenâgeuses, ce régime a inventé une nouvelle définition de la science, de la philosophie, de la société et des classes sociales. Ce régime ne reconnaît ni la démocratie, ni les droits politico-sociaux.

Les dirigeants de ce régime invitent la population iranienne à suivre les décrets religieux des ayatollahs et des imams de vendredi au lieu de s’occuper des découvertes et des avancées scientifiques. En réalité, ce régime opprime tous les ouvriers, tous les travailleurs et toutes les forces révolutionnaires et combattants luttant pour une vie meilleure. Dans des conditions où le niveau de la pauvreté et de la misère au sein de la société s’accroissent quotidiennement, au cours de trente dernières années, hypocritement les dirigeants du régime avaient volé les richesses nationales pour les mettre dans leur poche ou au service de leurs ambitions internationales. Bien que les dirigeants des fractions au pouvoir, la bourgeoisie commerciale, les hauts fonctionnaires vivent dans un confort inimaginable, ils promettent à la population une vie meilleure au paradis.

Ouvriers Combattants !

Le manque d’organisation et l’absence d’organisations ouvrières indépendantes et puissantes est une des raisons pour lesquelles, ces dernières années, le régime de la RII en a profité pour attaquer la classe ouvrière. Cette situation est pareille pour les autres couches sociales. Pour franchir cet obstacle, il faut être à la recherche de solutions qui soient au service de l’unité renforcée. À plusieurs reprises, il a été constaté que la jeunesse des milieux ouvriers et démocratiques est incapable de prendre une politique juste. Et cela parce que la jeunesse d’aujourd’hui n’accorde pas suffisamment de crédit aux organisations et aux partis politiques. Et ainsi face aux violences des forces de l’ordre, la jeunesse préfère la neutralité et la passivité.

C’est ainsi que ces dernières années, les dirigeants du régime ont partagé entre eux le pouvoir politique et les richesses du pays. En prenant sous leur aile les petites fractions, les deux principales fractions de la bourgeoisie au pouvoir – la fraction libérale et la fraction de la bourgeoisie commerciale – considèrent tous les opposants sérieux comme des courants « contre-révolutionnaires », « athées », « agents de l’étranger » etc.

La dictature islamique en Iran est difficilement comparable avec les autres régimes autoritaires dans le monde.

Si dans la plupart des pays dictatoriaux dans le monde, après chaque massacre, afin de dévier l’opinion publique, on cherche un coupable ou un bouc-emissaire, dans notre pays c’est le guide suprême qui a la solution finale entre ses mains. Le guide se considère comme le guide suprême « Vali Faghih » et la population comme ignorante et c’est lui qui, après chaque massacre, interprète l’opération suivant les versets du Coran. En citant quelques versets en langue arabe ou persane, il déclare à ses adeptes : « de quoi nous faites-vous peur ? Vous ne connaissez pas la demande de Noé à Dieu : Mon Dieu, ne laisse aucun survivant parmi les athées sur la terre, si vous en laissez, ils tromperont tes serviteurs ».

Et c’est sur base de ce genre de sottises qu’à plusieurs reprises, Khameney (le guide suprême) a déclaré : « Nous mutilerons ceux qui auraient de mauvaises intentions envers notre pays ». Et, en imitant le guide, Rahim Yahya Safavi – l’ex-commandant en chef des forces des gardiens de la révolution – ajoute : « Nous couperons la tête, nous couperons la langue et … ». Et Ahmadi Nejad, l’actuel président de la république menace les opposants au régime avec le « couteau à double tranchant ».

Dans notre pays, tous les jours, il y a des nouveaux noms qui s’ajoutent à la liste des torturés et des exécutés. Tous les jours, il y a des nouveaux ouvriers qui se trouvent en chômage. Le régime de la RII et ses fractions au pouvoir sont les responsables de tous les problèmes. Pendant presque une décennie, Mir Hossein Moussavi, en tant que le Premier ministre, sous prétexte da la guerre Iran-Irak a réprimé les forces révolutionnaires et démocratiques. L’échange de poste avec Mohammad Khatami qui hypocritement a lancé la politique de « l’ordre et de la loi » a duré huit ans et n’a rien apporté à la population sauf la continuité de la dictature en place. Et aujourd’hui, c’est Mohmmoud Ahmadi Nejad, qui dirige la politique ultra-réactionnaire et criminelle bien connue de la RII.

Dans la poursuite de la politique répressive et réactionnaire, le guide suprême du système islamique a le rôle principal et déterminant. Dans un système islamique, le guide suprême est un « savant » qui maîtrise toutes les questions de la vie sociale, économique et politique. Une des principale caractéristique de ce régime est qu’il n’y a jamais eu un responsable fautif dans ses rangs. D’après le guide suprême, les centaines de milliers qui ont été exécutés par le régime de la RII ou qui ont été tués dans les accrochages armés dans les régions comme le Kurdistan, le Baloutchistan, le Turkmène Sahara, l’Azerbaïdjan, le Khouzestan, etc. étaient justes et il n’y a jamais eu une erreur ou une quelconque injustice dans ce domaine.

Ouvriers Combattants !

Les propagandes du régime de la RII à propos de la question nucléaire sont pour consolider les piliers du pouvoir islamique. En réalité le soi-disant pouvoir atomique de la RII n’est que du « blabla ». C’est la même chose dans ses soi-disant « luttes anti-impérialistes ». Aujourd’hui, après quelques années, les dirigeants du régime admettent qu’ils ont collaboré avec l’armée américaine lors de son invasion armée en Afghanistan. Ou encore, ils admettent qu’ils se sont associés avec les Américains contre le régime irakien de Saddam Hussein. Et la réunion de la semaine dernière au Japon sur la question de l’aide à l’actuel gouvernement pakistanais en est un récent exemple. Le régime de la RII collabore avec les états occidentaux. Les dirigeants des pays occidentaux sous la direction américaine étaient les organisateurs de cette conférence. Au cours de cette conférence, le régime iranien s’est engagé à assumer une partie de l’aide des cinq milliards de $ prévus pour le régime pakistanais. Pourquoi cette générosité ? le régime chiites de la RII forme une petite minorité dans le monde islamique. Sans aucun doute, si une force composée d’Al Qaïda, des Talibans de l’Afghanistan et de Pakistan arrivent à renverser le pouvoir actuel d’Ali Zardari, elle sera un concurrent sérieux pour le régime iranien. Aujourd’hui, bien que dépensant des milliards de $, le régime de la RII ne possède toujours pas encore la bombe atomique. À l’heure actuelle, le Pakistan possède plus d’une centaine de bombes atomiques. Il est évident que si les intégristes sunnites prennent le pouvoir au Pakistan, les dirigeants iraniens ne pourront pas les concurrencer. En plus, les dirigeants iraniens sont habitués à la vie au Palais et ils pensent plus à des milliards de $ de leurs épargnes qu’à la concurrence avec les éléments de Talibans ou d’Al Qaïda.

Ouvriers Combattants !

Tant que le régime criminel de la RI est au pouvoir, il n’y aura aucun changement dans la vie de la population. Pour mettre fin à la souffrance et à la misère, il faut s’unir pour renverser le régime dictatorial-religieux et pour instaurer un régime démocratique.


Vive la solidarité internationale des ouvriers


Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran
01 Mai 2009


A.C.P- Postfach 12 02 06-60115 Frankfurt am Main-Germany-Fax: 00-49-221-170 490 21