Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des ouvriers


Le 1er mai est l'anniversaire du soulèvement des ouvriers américains le 4 mai 1886 à Chicago. Depuis, tous les ans, dans le monde entier, ce jour-là, afin de présenter leurs revendications, les ouvriers arrêtent leur travail. Lors de cette journée historique, les communistes, les partis ouvriers, les confédérations ouvrières et tous les défenseurs de la classe ouvrières organisent des manifestations et des démonstrations à l'encontre du système mondial capitaliste et les exploiteurs.

En Iran, malgré, le rôle de la classe ouvrière dans l'insurrection de février 1979 et le renversement du régime du Chah, le régime de la République Islamique d'Iran (RII) ne reconnaît aucun droit pour les ouvriers. Le régime dictatorial religieux de la RII a bafoué tous les acquis révolutionnaires de la période de l'insurrection anti-monarchiste des ouvriers et des masses laborieuses. Au cours des ans, au nom des ouvriers, ce régime a adopté plusieurs lois anti-ouvrières. La pression et la répression permanente dominent dans les milieux ouvriers et même aujourd'hui, les ouvriers ne peuvent pas célébrer librement le 1er mai. Dans la situation actuelle, non seulement la classe ouvrière, mais aussi les cadres enseignants, les universitaires, les femmes et, en d'autres termes, tous les militants de la liberté sont prisonniers du système réactionnaire islamique.

Après l'arrivée au pouvoir du régime de la RII, au fur et à mesure, et par rapport au régime précédent, les malheurs des ouvriers et des masses laborieuses se sont accrus. Mais malgré la violence permanente et la répression continue, la population ne s'est pas résignée face aux baïonnettes. Aujourd'hui, le régime ne peut pas ignorer l'intensification de ses contradictions internes et la situation socio-économique catastrophique. Après les élections du juin 2009, les contradictions et les différends entre les fractions sont devenues de plus en plus ouverts. Ce qui a cassé le pouvoir absolutiste du régime. Actuellement, le régime qui est dirigé par Khamenei-Ahmadinejad est en réalité une bande composé des gardiens de la révolution, de certains charlatans et de mercenaires qui n'avaient aucun rôle important dans l'insurrection glorieuse du février 1979 à l'encontre du régime dictatorial du Chah. Cette bande au pouvoir ne pense qu'à ses intérêts. Pour renverser ce régime, il faut une lutte révolutionnaire et plus de sacrifice que lors de l'insurrection du février 1979.

Ouvriers Combattants, Organisations Révolutionnaires et Progressistes

L'élection présidentielle du juin 2009 a eu deux conséquences directes : d'une part, elle a rendu public la profondeur des contradictions au sein des différentes fractions du régime et, d'autre part, les manifestations et l'héroïque mouvement de la protestation populaire ont brisé la terreur religieuse. Au cours de cette période, afin d'éliminer la fraction adverse, les dirigeants de deux principales fractions au pouvoir du régime ont été obligées de montrer leurs vraies intentions et dessins impopulaires. Les révélations de la fraction vaincue, « les réformateurs », prouvent qu'au cours des dernières décennies, le régime de la RII a commis de crimes et a exécuté des milliers combattants de la liberté. Les luttes continues de la population et leurs revendications ont obligé la fraction au pouvoir dirigé par Ali Khamenei à mobiliser ses forces pour défendre son pouvoir despotique. Au cours de cette phase, la fraction de Khamenei a révélé la participation des « réformateurs » dans tous les vols, les pillages et les répressions qui ont eu lieu depuis que les religieux ont accédé au pouvoir.

Ouvriers Combattants,

Le régime de la RII est arrivé au pouvoir avec l'aide des pays impérialistes. Il reste au pouvoir grâce aux soutiens du monde capitaliste et, aujourd'hui, afin de conclure des contrats économiques avantageux, ils ne veulent pas que le régime soit renversé. Malgré la publication de nombreux documents sur les crimes du régime au cours de trois dernières décennies, les institutions des Droits de l'Homme se contentent seulement de la publication d'une déclaration officielle par an pour condamner les violations des Droits de l'Homme par le régime de la RII. Tout le brouhaha à propos de la question nucléaire iranienne n'est pas destiné à protéger l'intérêt de la population du pays, mais à soutenir le régime d'Israël qui devient de plus en plus incapable face au puissant mouvement de la libération palestinienne.

Une brève étude du comportement des pays impérialistes à l'égard de l'Iran prouve que depuis le coup d'Etat d'août 1953, à chaque fois que la population iranienne s'est soulevée, en utilisant leurs appareils de propagandes, les pays occidentaux ont imposé des marionnettes à la direction du mouvement protestataire populaire. Le scénario préparé et réalisé un an avant l'insurrection de février 1979 qui a abouti au renforcement de la position de Khomeiny, n'est pas encore oublié. À l'époque, suite à une décision unanime des pays impérialistes, Khomeiny a été transféré de l'Irak en France. Ensuite, certains à Washington, Londres, Paris et New York et certains parmi les milieux monarchistes ont été présentés comme ses conseillers, qui ensuite ont été nommés ministres une fois les religieux ont pris le pouvoir. Aujourd'hui, ce scénario est de nouveau en train d'être réalisé et joué.

Ceux qui sont à la tête du « mouvement vert » et se placent à la tête des manifestations et des luttes de la population sont tous parmi les anciens oppresseurs du régime et étaient parmi les principaux décideurs de la RII. Aujourd'hui, de nouveau, les services des renseignements et d'espionnage occidentaux avec l'assistance de la BBC, Voice of America et des dizaines d'autres médias et de centaines de sites Internet sont mobilisés afin d'imposer certains ex-décideurs du régime, certains ex-militants de l'opposition, certains traîtres et collaborateurs de la RI comme l'Organisation des Fedayins «Majoritaire » et certains de leurs agents à la tête du mouvement de la libération des Iraniens. Les médias occidentaux qui aujourd'hui soutiennent le mouvement vert, ont tous les documents complets sur les crimes et les tortures des années 80 et ne montrent aucune réaction à ce propos. Également, quand au cours de l'été 1988, sur l'ordre direct de Khomeiny, plus de dix mille prisonniers politiques ont été exécutés en 48h, pour sauvegarder leurs contrats économiques, les pays occidentaux - les faux défenseurs des Droits de l'Homme - ont fermé les yeux sur ce génocide. Si les pays impérialistes sont vraiment contre ce régime, il n'est pas nécessaire de déclencher une guerre, il suffit seulement qu'ils arrêtent de soutenir ce régime et de laisser libre la vraie opposition iranienne. Et de mettre un terme à la vente d'armes, d'équipements militaires et de technologie électronique avancée ; dans ce cas, le monde entier verra comment la population iranienne, dans un délai de quelques mois, renversera ce régime moyen âgeux.

Les défenseurs « du nouvel ordre mondial » se présentent comme étant contre le régime au pouvoir en Iran, mais ces mêmes pays ont adopté une politique de discrimination à l'égard des forces de l'opposition iranienne qui n'a rien à voir avec leurs gestes démocrates. Ils veulent seulement changer les éléments du régime, mais ils ne veulent jamais changer le système dictatorial en place. Actuellement, dans tous les pays occidentaux, tout demandeur d'asile politique lié au mouvement vert obtient le statut de réfugié politique et tous les avantages sociaux en quelques mois. Mais par contre, si quelqu'un se présente comme un militant des organisations voulant le renversement radical du régime de la RI, il sera considéré comme un terroriste. En occident, les dirigeants de ces organisations sont privés de liberté d'action. Il est évident que les occidentaux ne sont pas pour le renversement total de la RI. En Iran, ils veulent imposer leur « révolution de velours » appelée « la révolution verte ».

Malgré la position de l'occident à l'égard de la RII et les répressions permanentes, la population iranienne n'a pas encore quitté la scène et elle est prête à tout sacrifice. Dans la situation actuelle, pour le renversement antagoniste du régime réactionnaire et l'instauration d'un vrai système démocratique, la classe ouvrière et les couches laborieuses de la société ne doivent compter que sur leurs propres forces. Comme le disent à juste titre les paroles de l'hymne l'Internationale :

… Il n'est pas de sauveurs suprêmes : Ni Dieu, Ni César, Ni Tribun. Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !


Vive la solidarité internationale des ouvriers

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d'Iran
01 Mai 2010


A.C.P- Postfach 12 02 06-60115 Frankfurt am Main-Germany-Fax: 00-49-221-170 490 21