Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des ouvriers

Le 1er mai est le jour d’anniversaire du glorieux soulèvement des ouvriers américains qui a eu lieu au 04 mai 1886 à Chicago. Depuis, tous les ans, les ouvriers du monde entier célèbrent ce jour historique en organisant des manifestations et des rassemblements. La solidarité internationale des ouvriers au 1er mai prouve la détermination dans la lutte pour le renversement du système capitaliste et pour l’instauration d’un monde nouveau.

Par contre de la plupart des pays du monde où le 1er mai est un jour férié et l’organisation des réunions et des manifestations font partie intégrante des droits des ouvriers et des travailleurs, en Iran, ce droit est violé par le régime de la république islamique. Et afin d’empêcher les ouvriers d’effectuer leurs vrais rôles dans les événements politiques et sociaux, le régime dictatorial religieux iranien n’autorise pas la classe ouvrière d’avoir sa propre formation de classe. Les syndicaux ouvriers ne sont pas autorisés et d’autres formations ouvrières sont régulièrement attaquées par les associations islamiques, les gardiens de la révolution, les milices et les agents du service des renseignements.

Tous les ans, afin de célébrer cette journée historique, au nom des ouvriers, le régime de la RII organise des cérémonies et hypocritement, il se présente comme défenseur des droits des ouvriers et des travailleurs. Mais, les ouvriers iraniens résistent aux ruses du régime en organisant des grèves régulières et en neutralisant les tentatives des associations islamiques des usines et des institutions policières du régime. Actuellement, les ouvriers iraniens, avec les différentes couches laborieuses de la société, le mouvement des étudiants, le mouvement des femmes et des instituteurs se préparent à la lutte finale pour le renversement du régime de la RII.

Ouvriers combattants,

Aujourd’hui, la société iranienne est à la veille d’une grande explosion sociale. Malgré l’accentuation de la terreur et de la répression, le nombre des opposants et des combattants ne cesse d’augmenter. L’arrestation et l’emprisonnement des forces révolutionnaires et combattantes, l’emprisonnement de quelques dirigeants syndicaux n’ont pas pu briser la détermination des ouvriers et de la masse laborieuse dans la lutte contre le régime dictatorial de la RII.

Depuis deux ans, les contradictions internes entre les deux fractions composantes du régime « les réformistes » et « les conservateurs » s’approfondit et les deux fractions dévoilent les crimes commis par l’autrui depuis des décennies contre la population. Aujourd’hui, la fraction « réformiste » qui est de plus en plus écartée du pouvoir tente de récupérer ses positions perdues. Les dirigeants de cette fraction sont les anciens dirigeant du régime comme : Mir Hossein Moussavi – le Premier ministre de l’époque de Khomeiny durant 8 ans, Mehdi Karoubi – président de la fondation des déshérités et ex-président du Parlement et plusieurs éléments appartenant dans le passé aux forces des gardiens de la révolution et au service des renseignements comme Saïd Hajarian et Co. Actuellement, les medias occidentaux soutiennent ces éléments afin de dévier le mouvement de protestation populaire et tentent de le canaliser vers une révolution de velours au nom de la révolution verte.

Aujourd’hui, les contradictions au sein des conservateurs (la fraction de la bourgeoisie bureaucrate dirigée par Ali khameney et Ahmadi-Nejad) qui détiennent le pouvoir s’approfondissent quotidiennement. Jusqu’aujourd’hui, en s’appuyant aux forces des gardiens de la révolution, Khameney (le guide suprême) avait pu conserver son autorité, mais actuellement en contradiction totale avec les gardiens de la révolution et le gouvernement d’Ahmadi-Nejad, il constate en toute évidence que son pouvoir est en train de s’effondrer. Et pour l’éviter cet effondrement, il essaye de s’approcher de plus en plus à Hashemi Rafsanjani et soutient ouvertement les frères de Larijani – les grands concurrents d’Ahmadi-Nejad. Suite à l’approfondissement des contradictions chez les conservateurs, le mois dernier, Khameney a été obligé de passer une journée entière au ministère des renseignements afin d’assurer les cadres dirigeants que le ministère concerné ne passerait jamais sous le contrôle des gardiens de la révolution. Mais malgré son intervention directe, Ahmadi-Nejad a limogé Mosslehi (ministre des renseignements). Et Khameney a été obligé d’intervenir directement pour soutenir le ministre limogé afin qu’il puisse conserver son poste. L’obstination aveugle des deux fractions du régime pour la sauvegarde de leur pouvoir et de leur position au sein du régime et leurs compromis avec le monde capitaliste a causé des dégâts irréparables pour la population iranienne.

Les récents événements dans le monde arabe qui ont abouti à quelques changements de personnes en haut de la hiérarchie de l’état ont énormément satisfait les Américains et leurs partenaires. Au nom du changement et de la démocratie, il y a eu quelques changements de personnes au sein des régimes dictatoriaux et en pratique, il n’y a eu aucun changements politiques, sociales et économiques. Ainsi, les soulèvements populaires ont été déviés par l’Amérique et des autres états occidentaux. Et des nouveaux personnages liés aux capitaux étrangers ont été nommés aux postes clés afin de sauvegarder les intérêts des états occidentaux. La population iranienne doit prendre des leçons des récents événements dans le monde arabe. Afin de mettre un terme à la dictature, à la répression et à la pauvreté, elle doit s’unir. Et pour renverser le régime de la RII, les forces combattantes et révolutionnaires doivent s’unir au sein d’un front commun.

Vive la solidarité internationale des ouvriers 

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

1er mai 2011


A.C.P- Postfach 12 02 06-60115 Frankfurt am Main-Germany-Fax: 00-49-221-170 490 21