Vive le trente sixième anniversaire de l’insurrection du février 1979 et le quarante quatrième anniversaire de l’épopée de Siahkal (jour de la fondation de l’Organisation des Guérilleros du Peuple d’Iran – OGFPI)


Le 08 février 1971 est le jour de l’attaque héroïque par les Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran du poste de garde de la gendarmerie de Siahkal. En ce jour historique, avec une volonté inébranlable pour défendre les Droits des ouvriers et des masses laborieuses, les Guérilleros Fédaïs du Peuple se sont soulevés contre le régime dictatorial du Shah.

Le 08 février 1971, l’incendie allumé par les Guérilleros Fédaïs du Peuple d’ Iran dans les forêts de Siahkal s’est ensuite propagée dans tout le pays. Il a suscité une énorme prise de conscience des différentes couches sociales et au mois de février 1979, suite au soulèvement de millions d’Iraniens, le régime dictatorial du Shah a été renversé.

Pendant ces journées historiques, les services des renseignements et les forces de l’ordre du régime du Shah ne furent pas capables de contrôler à eux seuls l’insurrection générale. Ainsi la politique américaine au Moyen Orient (le soutien à la propagation du pan-islamisme dans la région) est intervenue afin de dévier le mouvement révolutionnaire iranien à mi-chemin. Pour réaliser ce projet et ce complot, en 1979, Khomeiny a été transféré d’Irak à Paris. Et tous les médias du monde impérialiste se sont mobilisés afin de le présenter comme la seule alternative au régime du Shah.

A l’époque, les mouvements religieux n’avaient pas une activité significative en Iran. Depuis 1966, Khomeiny résidait en Irak et jusqu’à l’insurrection de 1979, de temps en temps il publiait des communiqués que Radio Bagdad (émission en persan) les diffusait. En d’autres termes, dans les années 60 et 70, lui et ses partisans n’avaient en réalité aucune activité contre le régime despotique du Shah. Et dans les prisons du régime du Shah, parmi des milliers de révolutionnaires et de progressistes, il n’y avait que quelques membres du « Groupe d’Alliance Islamique ». Ces membres étaient condamnés pour leur participation en 1965 à l’attentat contre le 1er ministre du Shah –Hassan Ali Mansour.

Suite à l’intensification et la généralisation de la lutte des iraniens contre le régime du Shah, principalement menée par les Fédayins du Peuple et d’autres forces révolutionnaires et progressistes, l’impérialisme américaine et ses partenaires occidentaux s’inquiétaient des suites de ce mouvement antidictatorial. Au cours du mois de février 1979, pendant qu’avec le maximum de sacrifice et de dévouement, les forces révolutionnaires et combattantes luttaient pour le renversement du régime de Shah, Khomeiny, par l’intermédiaire d’Ibrahim Yazdi, a assuré les Américains qu’après la chute du Shah, les intérêts des Américains seront protégés en Iran (on peut étudier le détail de ces contacts dans les Rapports de la Conférence de la Guadeloupe en 1979 qui viennent d’être rendus public). En plus, les Mémoires de Sullivan – le dernier ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Iran montrent que chaque jour, celui-ci augmentait la pression sur le Shah afin qu’il cède le pouvoir au clergé le plutôt possible. Une autre preuve de cette entente honteuse et cette trahison est la déclaration de Hassan Nazih, le ministre du pétrole du régime qui considère les pressions du Sullivan comme un coup d’état.

Le 11 février 1979, suite à l’insurrection populaire, le régime dictatorial du Shah a été renversé. Mais, à cause des accords secrets entre les Etats-Unis, Khomeiny et l’organisation du « Mouvement pour la Liberté », le système capitaliste et tous ses organes de répression sont restés intacts. Suite aux accords conclu à Paris et à New York, et grâce au soutien de l’impérialisme américain, Khomeiny a pris les commandes du nouveau système dictatorial-religieux : Le régime de la République Islamique d’Iran.

Ainsi, au fur et à mesure du changement à la tête des organes de la répression et de la bureaucratie, la majeure partie des fondateurs et des personnages clés de la RII sont arrivés au pays en provenance des Etats-Unis, de la France et du Royaume Uni. Et, sur les conseils des Américains, certains membres du « Mouvement pour la Liberté » (dont la population était sans nouvelle depuis des années) ont pris place au sein du Conseil de la Révolution ou au sein du 1er gouvernement de la RII.

Grace aux croyances religieuses et au manque de conscience politique de la population, le clergé a pu prendre le pouvoir. Mais, entre temps, il ne faut pas oublier le rôle néfaste et démagogique des médias occidentaux comme la BBC, The Voice Of Amérique, Radio Israël, la radio et la télévision Française, etc.. En manipulant l’opinion publique iranienne au profit des nouveaux dirigeants du pays, ces médias ont proposé à la population l’ignorance à la place de la science, la terreur et la violence à la place de la liberté et de la démocratie, des charlatans à la place des scientifiques, et la bourgeoisie commerciale au pouvoir à la place d’un régime démocratique populaire. Ainsi, les Musulmans diplômés et préparés à New York, Paris et Londres ont tranquillement pu mener leur politique fondée sur la répression, la violence et l’assassinat.

Aujourd’hui, 36 ans après l’instauration de ce régime, le quotidien de la population est devenu de plus en plus difficile et insupportable. Depuis plus de trois décennies, la répression, la démagogie et la propagation des idées réactionnaires sont l’affaire quotidienne des responsables et des décideurs du régime. La situation économique catastrophique du monde capitaliste et ses crises continues, profondes et croissantes favorisent la position des dirigeants iraniens face aux Occidentaux afin de conclure de nombreux accords secrets. Aujourd’hui, il y a une grande concurrence pour prendre l’avantageux marché iranien entre l’Occident d’une part et la Chine et la Russie d’autre part. Pour cette raison, les ONG internationales, qui pour la plupart sont sous l’influence américaine et ses partenaires occidentaux, ferment les yeux sur les crimes commis par le régime de la RII dans le pays ou à l’étranger.

Depuis l’instauration du régime de la RII, les ouvriers et les masses laborieuses vivent dans la pauvreté absolue tandis que les dirigeants continuent la perception des milliards de US$ de pots de vin et le pillage des richesses du pays. Bien que pendant ces quelques décennies, toutes les fractions du régime comme les « conservateurs », les « réformistes » et d’autres aient participé ensemble au pillage des richesses naturelles et au partage des pots de vin, elles s’accusent maintenant de vol et de corruption.

A l’heure actuelle, contrôlant le parlement, le pouvoir judiciaire et le pouvoir exécutif par l’intermédiaire du cartel « Khatam el Anbia »,, les Gardiens de la Révolution ont imposé leur domination économique à tous les secteurs économiques du pays.

Depuis des années, toutes les étapes de l’activité pétrolière iranienne (l’exploitation, la distribution et la vente) sont confiées aux compagnies étrangères (aux multinationales des pays impérialistes comme Haliburton, Total, etc.). Par exemple, la compagnie PetroNahad de Shanghai (dirigée par le bureau d’Ali Khameney –le guide suprême) a cédé l’important Droits d’exploitation de pétrole et de gaz à l’Etat Chinois. Dans tous les contrats conclus avec les Chinois, les parts respectives du PetroNahad de Shanghai, du cartel de Khatam el Anbia et enfin du ministère du Pétrole sont notées de façon précise. Dans ce pillage généralisé, chaque centre du pouvoir et chaque fondation islamique défendent ses intérêts, et par contre ce qui est toujours ignoré et oublié, c’est l’intérêt du pays et de la population. En d’autres termes, sous le régime de la RII, personne ne se soucie de l’intérêt du pays et de la population.

Suite à l’échec de la politique américaine en Irak et en Afghanistan, à la dénonciation et à la découverte de la vraie nature des « Printemps Arabes » puis à l’éloignement des pays arabes de cette politique et enfin depuis l’exploitation de pétrole de schiste par l’Amérique, la politique de ce pays au Moyen Orient a changé. Aujourd’hui, grâce au pétrole de schiste, l’Amérique n’est plus dépendante du pétrole saoudien. Ainsi, elle peut mieux jouer entre les Sunnites et les Chiites.

Dans le cadre de la nouvelle politique américaine « le nouveau Moyen Orient », la guerre sera développée et intensifiée dans la région. Suite au nouveau projet américain, l’organisation « état islamique » ou Daesh y a été créé par les Etats-Unis, la Turquie, le Royaume Uni et la France. Les avoirs du régime iranien ont été débloqués et, de plus l’Iran a obtenu des facilités pour ses activités nucléaires. En outre, le régime iranien a reçu la mission de diriger le mouvement chiite dans la région, et principalement au Liban, au Yémen, à Bahreïn, et en Afghanistan. Ce nouveau rôle octroyé aux Iraniens peut augmenter les tensions entre l’Iran et les pays arabes et, à long terme, provoquer l’éclatement d’une guerre entre ces deux blocs. Actuellement, en secret, le régime de la RII collabore avec le projet américain de guerre contre Daesh mais officiellement il le nie.

Depuis des années, l’Organisation des Fédayins (Majorité) – traitre et collaboratrice de la RII – ne suit plus ses idées même révisionnistes. Dans les années 80, elle a collaboré avec les tortionnaires du régime dans la répression des révolutionnaires et depuis, elle joue le rôle de 5ème colonnes pour le régime à l’étranger. La dénonciation de ces éléments renégats et traitres est un des devoirs primordiaux pour chaque force progressiste et révolutionnaire.

Nous devons dire la vérité au peuple iranien et surtout à la jeunesse. Nous devons leur expliquer la nécessité de l’unité et de l’alliance entre les forces progressistes et révolutionnaires dans la lutte pour le renversement du régime de la RII, et pour l’instauration d’un régime démocratique.

A bas le régime de la République Islamique d’Iran
Vive la République démocratique populaire
Vive la mémoire des camarades martyres de l’insurrection de février 1979 et de Siahkal
Vive le socialisme


Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran
08 Février 2015


A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de