Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des ouvriers

         1er mai est le jour de la solidarité internationale des ouvriers et le jour de la commémoration du soulèvement héroïque des ouvriers américains le 04 mai 1886 à Chicago. Aujourd’hui, 130 ans après ce soulèvement héroïque, dans le monde entier, les ouvriers luttent toujours contre le système capitaliste et contre les tyrannies de l’impérialisme. Tous les ans, le 1er mai, dans le monde entier, en organisant des manifestations et des rassemblements, les ouvriers et les révolutionnaires montrent leur volonté inébranlable et leur solidarité face au système capitaliste.

            Malgré la reconnaissance de cette journée historique dans le monde par la plupart des pays, en Iran, les ouvriers sont toujours privés de la célébration de cette journée historique. Et en l’absence d’une organe indépendant et propre aux ouvriers, ce qui est célébré au nom de « la journée des ouvriers » et toutes la propagande du régime de la République Islamique d’Iran à propos de cette journée, n’est qu’une farce organisée par le régime pour les ouvriers.

            Aujourd’hui, depuis plus de trois décennies, la classe ouvrière iranienne subit une répression croissante de la part de la RII. Malgré cette répression sauvage et permanente, le régime réactionnaire au pouvoir n’est jamais arrivé à mettre un terme à la lutte de la masse laborieuse. En contrôlant le pouvoir exécutif, le système capitaliste accentue l’exploitation des ouvriers et, en continuant à piller les richesses et les ressources naturelles du pays, il s’enrichit de plus en plus. Aujourd’hui, en Iran, le pouvoir politique, économique et militaire est entre les mains de la bourgeoisie bureaucratique. A présent, cette fraction de la bourgeoisie est en conflit direct avec la bourgeoisie libérale. Cette contradiction entre les deux fractions s’approfondit sans arrêt.

            Malgré les déclarations hypocrites, l’impérialisme mondial avec à sa tête l’impérialisme américaine s’efforce de garder le régime de la RII au pouvoir. La crise économique du système capitaliste, l’instabilité économique de certains pays européens et les conflits d’intérêt entre les impérialistes obligent ces pays à traiter séparément avec les Iraniens afin de sauver leurs compagnies de la faillite. Aujourd’hui, la plupart des pays capitalistes sont toujours confrontés aux conséquences de la précédente crise économique et la reprise d’une nouvelle crise économique les menace toujours. C’est pour cette raison que l’acquisition du marché très bénéfique de l’Iran compte beaucoup pour le système capitaliste mondial.

            Aujourd’hui, le déclin du régime de la RII dans les domaines socio-politiques est complétement évident. Le chômage et la pauvreté généralisée et permanente dominent dans tous le pays. Le paiement en retard ou même le non-paiement des salaires est devenu une réalité permanente. La politique expansionniste régionale, et le budget militaire du régime ont pour conséquences de faire chuter le niveau de vie des ouvriers et de la majeure partie de la population. De plus, les accords sur le nucléaire iranien entre le régime et les pays impérialistes et la signature de grands contrats commerciaux et économiques entre les deux parties aggravent de plus en plus la situation économique dans le pays. Car tous les projets conclus ne font que poursuivre l’exportation de l’industrie de montage vers l’Iran. Ainsi la plupart des constructeurs automobiles occidentaux sont de retour en Iran et sortent de nouveaux modèles pour le marché iranien. Il faudrait pourtant se poser la question suivant : quand il n’y a aucun amélioration dans la situation économique de la population, quand les salaires sont non-payés ou payés avec plusieurs mois de retard, quand il y a une baisse du niveau de vie des salariés, quand les menaces de faillites des PME/PMI augmentent, quels seront les clients des nouveaux modèle de voitures montées en Iran ?

Depuis l’instauration de la RII, la répression, la torture et l’exécution des opposants politiques font partie intégrante de la politique de ce régime. Cette politique violente et répressive est menée à tour de rôle par les deux fractions au pouvoir : « réformiste » et « conservateur ». Hashemi Rafsanjani, qui aujourd’hui se présente comme victime et tente de prendre la direction de la fraction des « réformistes », était pendant de longues années l’organisateur du massacre des opposants politiques. Le complot contre les dirigeants de l’opposition iranienne à l’étranger et les attentats contre des dizaines d’entre-eux dans plusieurs pays étaient préparés par cet individu et avec l’accord dans deux fractions. Malgré leurs différends et leurs conflits internes, afin d’assurer leur survie, d’une façon permanente, les deux fractions ont toujours été en rapport et en entente avec les pays impérialistes. Pour obtenir le soutien et la protection des pays impérialistes, les fractions au pouvoir doivent réprimer la résistance des forces révolutionnaires et limiter au maximum les libertés démocratiques. Et pour réaliser cette politique, le régime a imposé à la population la guerre, le massacre, la pauvreté et la misère généralisée.

            Aujourd’hui, sur la scène internationale, les Etats-Unis d’Amérique veulent réaliser leur projet de « nouveau Moyen-Orient ». La division des deux anciens pays de cette région, l’Irak et la Syrie, et le soutien direct et flagrant des criminels de Daesh au cours des deux dernières années font partie de ce projet. Il est évident que les Etats-Unis ne sont pas seulement alliés des régimes dictatoriaux de la Turquie, du Qatar et de l’Arabie Saoudite mais aussi leurs donneurs d’ordre. A plusieurs reprises, il a été prouvé que les criminels de Daesh bénéficient du soutien financier, militaire et logistique des trois pays cités. Les criminels de Daesh suivent leur instruction militaire dans les camps de l’armée turque en Turquie et tous leurs blessés sont soignés dans les hôpitaux militaires de ce pays. Il est certain que, sans l’intervention militaire direct de la Russie et les sacrifices héroïques des Peshmergas kurdes, Kobané serait aujourd’hui entre les mains de Daesh et que le califat de l’Etat Islamique de Daesh serait instauré sur tout le territoire syrien. En pratique la poursuite de cette politique signifie la division des grands pays du Moyen-Orient dans le but de créer le « nouveau Moyen-Orient » afin de garantir les intérêts à long terme de l’Amérique et d’assurer la sécurité d’Israël pour les années et même pour les siècles à venir.

Ouvriers Combattants,

            Au cours des dernières années, le brouhaha du régime sur les accords nucléaires n’est que supercherie et tromperie. En réalité, suite à ces accords honteux, les Etats-Unis d’Amérique s’engagent à garder le régime de la RII au pouvoir. Et en contrepartie, le régime de la RII s’engage à détruire toutes ses installations nucléaires et à s’aligner avec la politique américaine. A l’heure actuelle, malgré la réaction de la fraction des « conservateurs », Hashemi Rafsanjani et le président Rouhani sont les réalisateurs de cette politique en Iran. Actuellement, la fraction du guide suprême (Ali Khameney), qui contrôle le conseil de la surveillance de la constitution et les gardiens de la révolution est inquiète car l’avancée de la mise en œuvre des accords avec les Etats-Unis peut aboutir à leur écartement du pouvoir.

            Quand les pays impérialistes ne profitaient pas suffisamment du marché bénéfique de l’Iran, de temps en temps, ils se rappelaient de la question du non-respect des Droits de l’Homme en Iran et ainsi on voyait apparaître les déclarations des commissions des Droits de l’Homme de l’ONU ou d’autres instances condamnant le régime. Mais depuis les accords sur le nucléaire et le retour des compagnies des pays impérialistes en Iran, la question des « Droits de l’Home » a été complétement abandonnée et oubliée.

Camarades Ouvriers,

            Le régime de la RII est au bord de la faillite et les soutiens des pays impérialistes ne pourront jamais le sauver de la chute certaine. Actuellement en Iran, à part les dirigeants et leurs partisans, la population vit dans la misère totale. Le régime poursuit toujours sa politique quotidienne de répression et d’exécution. Les peuples iraniens se soulèveront contre l’injustice et contre la dictature. Il est sûr que dans la lutte entre le travail et le capital, entre la démocratie et la réaction, entre la pensée libre et progressiste et les croyances religieuses, le camp du progrès l’emportera. La lutte et le sacrifice du peuple iranien contre la réaction et contre le colonialisme remplit de nombreuses pages de l’Histoire iranienne. A n’en pas douter, la solidarité et l’alliance entre les forces révolutionnaires iraniennes garantiront le reversement du régime de la RII.

Vive la solidarité internationale des Ouvriers

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

01 Mai 2016


A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de