Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des ouvriers

Le 1er mai 1866, une nouvelle page s’est ouverte pour le mouvement ouvrier international. Ce jour-là, les ouvriers américains de Chicago se sont soulevés pour revendiquer 8H de travail par jour. Ainsi, en vainquant les forces de la répression, ils ont pu imposer leur volonté de classe au système capitaliste. Depuis, ce jour-là, dans le monde entier, malgré toutes les restrictions imposées par le monde capitaliste, les ouvriers arrêtent le travail et organisent des manifestations.

Pour les ouvriers iraniens, cette journée n’est pas seulement considérée comme un jour férié. Pour les ouvriers iraniens, le 1er mai est le jour de la solidarité et de l’unité dans leur lutte contre le régime de la république islamique d’Iran. Ce jour-là, non seulement les ouvriers iraniens participent à la commémoration et à la solidarité internationale, mais ils manifestent aussi contre les conditions inhumaines de la dictature, contre le chômage et contre des centaines d’autres malheurs liés au pouvoir réactionnaire de la RII. Malgré toute la démagogie du régime au pouvoir et l’organisation de différentes cérémonies au nom des ouvriers, les ouvriers conscients et combattants ne participent jamais à ces manifestations organisées par le régime.

Aujourd’hui, 28 ans après l’instauration du pouvoir dictatorial religieux, les ouvriers iraniens sont toujours privés d’une organisation qui leur est propre. Toutes manifestations, rassemblements et grèves sont considérés comme un délit. Et les ouvriers luttant contre le régime sont réprimés par l’emprisonnement, la torture et l’exécution.

Chaque jour, la situation politico-économique des ouvriers et de la population iranienne s’aggrave. Malgré cette situation insupportable, la richesse du groupe des dirigeants du régime s’accroît de façon inimaginable. Le niveau de vie de la plupart des ayatollahs, des membres de l’état-major des gardiens de la révolution, les dirigeants de services des renseignements, des ministres et d’autres responsables gouvernementaux n’est pas du tout comparable avec celui des autres couches de la société.

Dans cette situation, la haine générale contre le régime de la RII augmente quotidiennement. Suite à cette situation, le développement de l’opinion et de pensées révolutionnaires, des grèves spontanées et des soulèvements populaires sont inévitables. Comme d’habitude, la réponse du régime face à cette situation est la répression et la violence déchaînée. Il est évident que cette politique répressive ne sera pas éternellement efficace. Aujourd’hui, la population iranienne se trouve de plus en plus dans la pauvreté et la misère générale, mais face à la lutte populaire, la terreur et la répression du régime sont de plus en plus inefficace.

Ouvriers combattants,

Cela fait quatre ans que les Etats-Unis d’Amérique ont envahi le pays millénaire, l’Irak. Aujourd’hui, dans sa vie quotidienne, la population irakienne ressent de plus en plus les conséquences néfastes de l’invasion militaire et moyenâgeuse. À cause de cette occupation militaire, le pays est en train de se diviser. La généralisation de la pauvreté, de l’insécurité et les massacres quotidiens figurent parmi les conséquences de la « démocratie » exportée de Georges Bush en Irak. Pour les Etats-Unis et ses alliés, la division de l’Irak en différentes zones entre chiites, sunnites et kurdes n’est pas une question importante. Le plus important pour eux est que chaque petite zone soit une nouvelle petite colonie afin qu’ils puissent satisfaire leurs intérêts politico-économiques. Suite à l’invasion militaire américaine en Irak, les pays limitrophes de l’Irak et de la région (comme l’Arabie Saudi, l’Egypte, le Kuwait, la Jordanie) ont été affaiblis, sont devenus de plus en plus dépendants et se trouvent sous le contrôle économique et militaire accru des Etats-Unis. Suite à cette situation, le régime de la RII prétend encore plus qu’avant être le guide du chiisme mondial. Et à cause des besoins économiques et de la politique de tolérance de la communauté européenne, le régime mène une politique militaire aventuriste et ambitieuse.

Bien que l’accession aux sciences nouvelles et à la technologie nucléaire soient parmi les Droits fondamentaux de chaque pays, dans notre pays, cette science est mal utilisée par les décideurs au pouvoir. Depuis des siècles, les Iraniens ont joué un grand rôle dans le progrès de la science et de la connaissance de l’humanité. Ce rôle n’est lié ni aux talents ou au niveau de Q.I. des princes ou des rois du passé, ni aux ayatollahs réactionnaires au pouvoir. Le régime de la RII veut réaliser ses projets d’armements nucléaires afin d’intimider Israël et les pays arabes et imposer son hégémonie en tant que puissance régionale aux pays arabes. Suite à cette politique, chaque jour, le président iranien mobilise la population rurale du pays afin de leur faire un discours sur l’installation des milliers de centrifugeuses sans qu’il connaisse vraiment l’utilité de ces appareils. Aujourd’hui, le régime de la RII cherche à accentuer la crise et les tensions, afin de pouvoir maîtriser sur la scène intérieure le mouvement contestataire et se présenter sur la scène internationale comme une puissance régionale. Cet aventurisme ne peut pas résoudre les problèmes des ouvriers ou des autres couches sociales. Le progrès de la science et le processus d’accession à la technologie nucléaire n’ont rien à voir avec la dictature illimitée, l’agression des femmes, l’arrestation des corps enseignants et leur emprisonnement, le refus de paiement des salaires des ouvriers, etc. Afin de mettre un terme à cette situation catastrophique, il faut multiplier les efforts autour de la politique d’alliance et de solidarité pour le renversement du régime de la RII. Dans la lutte pour le renversement du régime dictatorial et religieux de la RI, nous comptons sur les forces politiques et sociales, sur les personnalités politiques déterminées et prêtes à tous les sacrifices.


Vive la solidarité internationale des ouvriers

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran
01 mai 2007

Organisation of Iranian People's Fedaii Guerillas

A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de