Vive 1er mai, jour de la solidarité internationale des ouvriers


Vive la journée victorieuse du 1er mai 1866. Le jour où la classe ouvrière des Etats-Unis d’Amérique s’est rangée avec unanimité contre le système capitaliste. Depuis, pour les ouvriers, ce jour historique n’est pas considéré comme un simple jour férié, mais plutôt comme un jour où la classe ouvrière montre sa volonté, sa force et sa détermination au monde capitaliste.

Dans notre pays l’Iran, où depuis presque trois décennies un régime dictatorial clérical est au pouvoir, les ouvriers ne peuvent pas encore célébrer librement ce jour. Le régime de la république islamique d’Iran (RII) sait que la présence des ouvriers et leur manifestation pour la célébration du 1er mai seront en réalité une lutte contre le chômage, contre la pauvreté, contre l’absence de droits, contre la dictature et des dizaines d’autres malheurs sociaux présents dans l’actuelle société iranienne. Ainsi, tous les ans, au nom des ouvriers, le régime organise des rassemblements. Les ouvriers boycottent en général ces sortes de rassemblements, mais les dirigeants du régime tentent d’interpréter leur initiative démagogique comme un signe de la défense des intérêts des ouvriers.

Cette année, les ouvriers iraniens célèbrent le jour historique du 1er mai dans des conditions où aucuns de leurs droits syndicaux ne sont reconnus par le régime. Aujourd’hui, quelques ouvriers et dirigeants du Syndicat des transports en commun se trouvent encore en prison et dans l’ensemble, le régime répond aux revendications des ouvriers par l’emprisonnement, la torture et même l’exécution de ces derniers. Malgré toute la répression du régime, les ouvriers iraniens n’ont pas du tout abandonné leurs revendications et d’une façon permanente, le mouvement ouvrier résiste et avance. Malgré l’arrestation des centaines d’ouvriers de la Compagnie des transports en commun au cours des derniers mois, ainsi que le licenciement et l’expulsion des centaines d’entre eux, les autres ouvriers continuent fermement la lutte pour l’obtention de leurs droits et la satisfaction de leurs revendications. Sans nier les ambitions et les erreurs du régime de la RII, l’actuelle campagne médiatique mondiale sur la question de l’énergie atomique iranienne, confirme une fois de plus la profondeur de la crise économique et l’appétit insatiable de l’impérialisme américaine. Aujourd’hui, le monde entier sait que la vraie raison du débarquement militaire américain en Irak était le pillage des ressources pétrolier de ce pays et non pas l’établissement de la « démocratie ». Aujourd’hui, à cause de la résistance et des sacrifices héroïques de la population irakienne, l’Amérique n’arrive pas réaliser son rêve. Trois ans après l’occupation, l’Amérique et ses alliés sont emprisonnés dans le bourbier irakien et ils n’ont aucune perspective pour leur libération. Aujourd’hui, à cause de ses dépenses militaires astronomiques et ses déficits budgétaires de plusieurs centaines de milliards dollars, l’énergie atomique iranienne est devenue un prétexte pour les Américains pour élargir leur guerre expansionniste vers l’Iran. La possession de l’énergie atomique est un droit fondamental pour chaque pays. Aujourd’hui, pourquoi est-ce que l’Amérique et Israël ont le Droit de posséder des armes atomiques et peuvent menacer le monde avec ces armes, mais le peuple iranien n’a pas la compétence d’en disposer ?! La technologie nucléaire et le progrès scientifique n’ont rien à voir avec le régime au pouvoir en Iran. Cette science appartient au peuple iranien et avant l’arrivée au pouvoir de la RI ce peuple avait bien prouvé sa compétence, son talent et ses capacités scientifiques dans différents domaines scientifiques. À cause de leur opposition avec le régime de la RII, ils ne peuvent pas mettre toutes la population iranienne dans une situation critique et limiter leur accès à la science et à la technologie.

Malheureusement dans le monde d’aujourd’hui, l’Amérique et ses alliés se considèrent comme le « monde libre », comme la « communauté internationale » et aussi comme le porte-parole des « droits de l’homme et de la démocratie ». Ces pays oublient qu’au cours des dernières années, afin de satisfaire leurs intérêts économiques, ils ont largement soutenu le régime dictatorial clérical de la RII. Ces pays ont mis toutes sortes de technologies avancées à la disposition du régime iranien. Ces pays ont mis l’opposition iranienne sous la pression dans les pays européens et l’Amérique. Sur base de preuves et de prétextes faux et infondés, ces pays ont essayé de criminaliser les vrais opposants iraniens dans leurs pays. En plus, ces pays ont autorisé l’installation de milliers d’agents de services de renseignements iraniens sur leurs territoires afin qu’ils puissent assassiner des dizaines d’opposants actifs et dirigeants de l’opposition iranienne. Ces pays ont même permis à tous les criminels du régime de quitter leurs territoires sans aucun souci ou après un jugement artificiel. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui peut oublier le rôle des terroristes connus du régime comme Anis Naghash, Vakili Rad, Mashhadi, Bouyir Ahmadi et des dizaines d’autres dans les assassinats des opposants iraniens en France ? Après avoir commis ces crimes, grâce à la conclusion des contrats pétroliers avec Total ou d’autres compagnies françaises, tous ces criminels ont pu regagner l’Iran.

Ouvriers Combattants
Actuellement, le régime de la RII est suffisamment contesté par la population. Supposons que le régime puisse être une puissance atomique, cette puissance peut seulement satisfaire les ambitions du régime auprès des régimes arabes de la région. Comme ce régime se considère comme le guide des chiites dans le monde, ainsi depuis longtemps, en essayant se procurer différentes sortes d’armements, il essaye de prouver sa « supériorité » au sein des pays musulmans et par rapport à la communauté sunnite dans le monde. Les prétentions « anti-impérialiste » des dirigeants du régime ne sont pas conformes à la réalité. Ce régime n’est ni anti-impérialiste et ni anticapitaliste. Les banques des dirigeants de ce régime et les « impérialistes » sont les mêmes. Les milliards de dollars des capitaux des dirigeants de la RI comme Rafsanjani, Rafighdoust, Nategh-Nourri, et d’autres se trouvent dans les banques étrangères. Les investissements des décideurs du régime se font généralement dans les pays européens, les pays arabes et le Canada. Les menaces militaires américaines, même dans le cas de sa réalisation, seront suite à la forte crise économique dans laquelle l’Amérique se trouve. Dans le cas d’une quelconque attaque aventuriste américaine, à court terme, cela renforcera la position du régime de la RII. Car l’Iran n’est ni l’Irak, ni l’Afghanistan. La population iranienne ne permettre jamais que les expériences inhumaines et tragiques des Américains en Irak se répètent dans leur pays. Malgré tout, il faut lutter avec toute la force contre le régime de la RII afin de le renverser et instaurer un système révolutionnaire et démocratique à sa place.


Vive la solidarité internationale des ouvriers

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran
01 Mai 2006


A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de