La crainte du régime de la République Islamique d’Iran du renforcement des intégristes sunnites au Pakistan

Suite à l’affaiblissementjavascript:self.print()Pakistan et le développement des attaques militaires des réactionnaires religieux, le nouveau gouvernement de ce pays sous la présidence de Asif Ali Zardari est au bord de la faillite et du désagrégement. Incapable de contrôler la situation, dernièrement il a été obligé d’autoriser à la formation composée de talibans et d’Al-Gaidar installée dans la région tribale de la vallée de Swat au nord-est du Pakistan d’appliquer la charia. La remise de ces sortes de pouvoir aux réactionnaires de cette région a suscité la montée d’islamisme – modèle taliban – dans ce pays de 173 millions d’habitants.

Le recul du gouvernement Zardari ne se limite pas seulement à la vallée de Swat. La semaine dernière, en déposant de la caution, Abdol Aziz, imam du mosquée Rouge à Islamabad a été libéré. Avec un peu de différence, on peut le considérer comme le Khomeiny de Pakistan. Après sa libération, il a déclaré : « Les lois islamiques doivent être appliquées non seulement au Pakistan mais dans le monde entier ». Après sa libération, Abdol Aziz qui a été accueilli comme un héros par ses partisans dans la mosquée Rouge a annoncé au public : « J’espère que nos sacrifices ne seraient pas en vain et que la charia islamique sera appliquée non seulement au Pakistan mais aussi dans le monde entier ». Parlant de la mondialisation de l’Islam, il a ajouté : « Nous sommes des pacifistes. Mais si quelqu’un essaye de nous barrer le chemin ou de ralentir notre démarche … je lui conseillerai d’étudier les événements de la vallée de Swat et des régions tribales ». Ainsi, en parlant des succès des talibans, mollah Abdol Aziz menace le gouvernement de Zardari dont s’il ne se soumet pas aux intégristes religieux, comme il a fait dans la vallée de Swat, tout le pays échappera de son contrôle.

La semaine dernière, Abdol Aziz a fait son discours dans la mosquée où d’autrefois, était une des bases des intégristes. La base qui a été attaquée par l’armée pakistanaise le 10 juillet 2007. Au cours de cette opération, la mosquée était encerclée pendant une semaine et 100 personne y ont perdu la vie. Abdol Rachid Ghazi, le frère d’Abdol Aziz qui était aussi un imam, a été tué au cours de cette opération. Aujourd’hui, Abdol Aziz qui se considère comme le guide des musulmans, lors de ces événements était installé à la mosquée Rouge. Après l’encerclement de cette mosquée, en portant un voile, il a essayé de prendre la fuite, mais il a été arrêté par les agents de sécurité pakistanais. Après avoir pris le contrôle de la mosquée, les forces pakistanaises y ont découvert différentes sortes de mitraillettes, de lance-roquettes, de mines, de grenades et d’autres équipements militaires.

Les inquiétudes croissantes des dirigeants iraniens et les déclarations des talibans

Aujourd’hui, compte tenu du développement de l’influence des intégristes sunnites au Pakistan et l’incapacité du gouvernement de Zardari à les arrêter, avant les Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays occidentaux, c’est le régime de la RII qui s’inquiète. Car si l’actuel gouvernement pakistanais chute et les intégristes y prennent le pouvoir, avec une population 2,5 fois plus que la population iranienne et la possession d’une centaine de bombes atomiques, la fausse autorité de la RII dans le monde musulman chutera pour arriver au niveau zéro.

À cause de cette inquiétude croissante, la semaine dernière, le régime iranien a participé activement dans la conférence des pays occidentaux à Tokyo. L’équipe iranienne participant dans cette conférence s’est engagée de payer une partie de l’aide de 5 milliards de $ décidée lors de cette conférence pour le régime pakistanais. Le régime de la RII espère ainsi qu’avec cette aide, les Etats-Unis d’Amérique et l’actuel régime pakistanais pourront contrôler la situation.

Bien qu’au cours de la conférence de Tokyo, Asif Ali Zardari fût engagé de lutter fermement contre les intégristes, mais les évènements récents prouvent que ces sortes d’engagements sont plus pour recevoir des soutiens financiers. Sinon la réalité quotidienne démontre qu’il n’est pas capable de lutter contre les intégristes. Par exemple, quand suite aux négociations et les accords conclus, il a accordé aux intégristes sunnites le contrôle de la vallée de Swat et l’application de charia, en contrepartie, les intégristes devaient déposer les armes et cette région située à 100Km d’Islamabad devait rester calme. Mais les évènements récents prouvent que les accords n’ont pas été respectés. Et le discours de mollah Abdol Aziz prouve qu’ils sont à la recherche de la prise au pouvoir politique au Pakistan.

Malgré les déclarations des responsables américains et la division des talibans à 2 fractions « du bien » et « du mal », dans la pratique, il n’y a pas de signes positifs de la fraction « du bien » des talibans au Pakistan au profit des Américains ou de l’actuel gouvernement de ce pays. La semaine dernière, Moslem Khan, le porte-parole des talibans dans cette région a déclaré : « Tant que les régimes de Pakistan, d’Afghanistan continueront leur politique anti-islamiste, les talibans ne déposeront pas leurs armes. Quand nous atteignons nos objectives dans une région, la population des autres régions aussi attend que nous nous déplacions chez eux pour déclencher et continuer la lutte ». En harmonie avec Al-Gaidar et les imams des mosquées au Pakistan comme Abdol Aziz, les talibans insistent pour la mondialisation de l’islam et de l’application des « lois divines ». À ce propos, le porte-parole des talibans ajoute : « Nous luttons pour la réalisation d’un but. Notre but est l’application des lois divines sur la terre ».

L’inquiétude des responsables du régime de la RII sur l’aggravation de la situation au Pakistan est tout à fait compréhensible. Au cours des 30 dernières années, ils ont imposé un pouvoir dictatorial religieux à la société iranienne, mais entre-temps, ils ont placé des milliards de $ sur leur compte privé à l’étranger. Aujourd’hui, en cas de la chute du régime au Pakistan, et la prise du pouvoir par une force composée des talibans d’Afghanistan, de Pakistan et d’Al-Gaidar, le faux slogan de « lutte anti-impérialiste, anti-sioniste » du régime de la RII perdra encore plus son crédit.

Tout le monde sait que depuis l’établissement du pouvoir dictatorial religieux en Iran, afin d’assurer sa survie, celui-ci a toujours essayé d’attirer l’attention de la population vers les questions extérieures. Le slogan de « la conquête du Jérusalem via Karbala » qui a abouti à 8 années de guerre destructive contre l’Irak, ou la création des ennemis fictifs comme « les ennemis de l’extérieur, l’invasion culturelle de l’Occident, la question nucléaire etc, » sont tous des tentatives pour dévier l’attention de la population des vrais problèmes et ainsi assurer la survie du régime criminel.

L’inquiétude des dirigeants iraniens est compréhensible car suite au renforcement du pouvoir des intégristes sunnites au Pakistan, l’actuelle société iranienne ne permettra pas aux dirigeants du régime les concurrences religieuses et l’éclatement d’une guerre entre les chiites et les sunnites. Aujourd’hui, la répétition des prétentions maladives comme « l’installation du pouvoir du Dieu sur la terre » qui a abouti à 8 années de guerre avec l’Irak et a causé des dégâts irréparables pour la société iranienne, n’est plus possible. Actuellement la population iranienne connaît bien la nature du régime et elle ne suivrait pas ces slogans. En comparaison avec les demandes des dirigeants à la population d’il y a 30 ans, aujourd’hui la demande d’Ahmadi Nejad est complètement différente. Les dirigeants actuels ont bien compris cette réalité. Par exemple : les slogans que répète Ahmadi Nejad lors de ses discours sont ainsi : « Dites-moi si une puissance étrangère nous attaque, que devons-nous faire ? » et la population crie : « Nous résisterons ». ou « Qu’est-ce que c’est l’énergie nucléaire ? » et la population hurle : « Notre droit fondamental ».

Aujourd’hui, au Pakistan, les intégristes musulmans ne détiennent pas le pouvoir et il leur faut de longues années, minimum 30 ans pour que Ben Laden, mollah Omar, Abdol Aziz et … puissent déposer des milliards de $ dans les banques étrangères. À ce moment, ils changeront leurs slogans. Aujourd’hui, avec ces slogans Ahmadi Nejad ne peut pas faire concurrences avec ceux des intégristes au Pakistan. Par exemple, la semaine dernière, quand Abdol Aziz dans la mosquée Rouge avec plein d’admiration a répondu à ses partisans qui criaient « Djihad, Djihad » (la guerre sainte) : « Nous devons intensifier notre lutte », et ensuite il a ajouté : « Est-ce que vous êtes prêts de vous sacrifier pour la réalisation de notre but », et ses partisans hypnotisés ont répondu d’une seule voix : « Nous sommes prêts pour nous sacrifier ». Aujourd’hui, en Iran, ces slogans sont répétés seulement par les éléments du régime. Au Pakistan, tous les jours les musulmans intégristes commettent des attentats suicides. Mais en Iran, le régime en parle seulement. Jusqu’aujourd’hui, tous les attentats suicides du régime sont commis par les palestiniens et malgré tous les slogans, parmi les membres du milice ou les gardiens de la révolution, personne n’a commis un attentat suicide pour la « libération du Jérusalem » ou « contre la domination du colonialisme mondial ». Et il faut reconnaître que jusqu’aujourd’hui la poursuite et la répétition quotidiennes du slogan « la résistance jusqu’à la dernière goutte de sang face aux sionistes » par le régime est toujours suivi grâce aux sangs des palestiniens.

Actuellement, au sein des fractions au pouvoir du régime, cette thèse a de plus en plus de partisans : « Il faut abandonner la lutte contre les Etats-Unis d’Amérique. Nos vrais ennemis sont au Pakistan et en Afghanistan et qui sont en train de prendre la force ». Aujourd’hui, cette inquiétude des dirigeants du régime de la RII est aussi présente dans les médias, dans la presse et sur les sites internets du régime. C’est pour cette raison que la RII soutient financièrement le régime de Pakistan et il reproche aux Américains de ne pas avoir contrôler efficacement la situation dans ce pays.


Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

12 Mai 2009

A.C.P- Postfach 12 02 06-60115 Frankfurt am Main-Germany-Fax: 00-49-221-170 490 21