Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des travailleurs !

Vive la journée victorieuse du 1er mai 1886! Le jour où les travailleurs américains, avec unanimité et solidarité, se sont rangés contre le système capitaliste. Lors de cette journée historique, dans l’unité et avec une volonté inébranlable, les travailleurs ont montré leur force dans la lutte pour le renversement du système capitaliste et pour l’instauration du socialisme.

Dans notre pays l’Iran, depuis un quart de siècle, le régime clérical dictatorial est au pouvoir. En violation des déclarations et des conventions internationales, ce régime ignore entièrement la liberté et les droits démocratiques. Les travailleurs n’ont pas le droit de créer leurs propres organisations. Toute manifestation ou tout rassemblement pour les travailleurs est réprimée par les gardiens de la révolution du régime. Les travailleurs sont privés du droit de grève.

Depuis de longues années, la plupart des pays dans le monde considèrent le 1er mai comme une journée historique. Et afin de la célébrer, dans la plupart des pays, le 1er mai est un jour férié. Mais, en Iran, les manifestations et rassemblements indépendants des travailleurs sont interdits et réprimés par le régime au pouvoir. Cependant, pour sauver les apparences, tromper l’opinion publique et empêcher une célébration remarquable de cette journée, les dirigeants du régime la fêtent tous les ans avec les associations islamiques d’ouvriers.

Depuis son instauration, en coordination avec les médias impérialistes du monde, le régime de la république islamique d’Iran (RII) a fait constamment de la propagande contre le communisme et contre la classe ouvrière. Ces dernières années, avec l’aide d’une série de traîtres au socialisme, ce régime a publié plusieurs brochures et livres contre les travailleurs et le communisme. Les responsables du régime de la RI essayent de présenter ces écrits absurdes comme les expériences historiques de ces dernières décennies du mouvement communiste et ouvrier iranien. Avec les pays impérialistes, les dirigeants de l’appareil de propagande de la RI mènent régulièrement, depuis leur arrivée au pouvoir, des campagnes de dénigrement contre les fondateurs et les partisans du socialisme, afin de discréditer les enseignements du marxisme-léninisme. En complément de cette politique, les dirigeants de la RI essayent d’ignorer les efforts et les grands sacrifices des organisations révolutionnaires dans la lutte pour le renversement du régime monarchique. En d’autres termes, le régime de la RII ignore l’existence de la pensée et de l’organisation communiste en Iran et ne reconnaît pas le mouvement ouvrier.

Malgré toutes ses incompatibilités liées au fait qu’il soit l’un des régimes les plus réactionnaires de l’histoire, il est toujours reconnu par la communauté internationale et les pays défenseurs des « droits de l’homme ». En concurrence économique avec les Etats-Unis, la Communauté européenne s’est toujours rangée du côté du régime iranien. Appuis importants du régime de la RI, les pays européens ont toujours soutenu ce régime sur la scène internationale et ils ont appuyé le régime iranien dans les domaines économiques et politiques. En violation des principes internationaux, certains pays européens comme la France soutiennent le régime de la RI, même dans le domaine de la sécurité et des renseignements.

Ces « muezzins des droits de l’homme » condamnent le régime de la RII pour violation de ces droits auprès des institutions de l’ONU. Mais, en pratique, sous prétexte de « dialogue critique », ils confortent le régime islamique devant l’opinion publique internationale. Sans aucun doute, tant que les intérêts économiques de l’impérialisme européen seront préservés en Iran, cette démagogie continuera.

L’impérialisme américain, pour assurer ses intérêts économiques, a choisi le modèle des invasions moyenâgeuses. Il se trouve actuellement bloqué dans le piège irakien. Et c’est précisément à cause de cette impuissance qu’aujourd’hui l’impérialisme américain conclut, en secret, plusieurs compromis avec le régime de la RII. N’oublions pas que ces relations ont toujours existé depuis l’instauration de la RI. Ces 12 derniers mois, malgré l’absence de la communauté chiite dans la lutte contre l’envahisseur américain, ce dernier a subi de lourdes pertes de la part des forces de la résistance irakienne. Actuellement, les évènements et l’insurrection armée du peuple irakien évoluent dans le sens d’une alliance éventuelle entre les communautés sunnite et chiite de ce pays. Devant cette perspective, l’impérialisme américain n’a qu’une solution : quitter l’Irak avec discrédit. Si, jusqu’à il y a quelques mois, le régime de Washington ignorait tout rôle des Nations Unies dans la crise irakienne, il demande maintenant à cette organisation et à d’autres pays d’assumer un rôle en Irak. Ces derniers mois, suite aux coups portés par la résistance aux forces alliées en Irak, certains pays alliés de l’Amérique, comme l’Espagne, la République Dominicaine et le Honduras ont décidé de rapatrier leurs troupes de ce pays. D’autres pays alliés de l’Amérique réfléchissent aussi à cette solution. Aujourd’hui, toutes les forces révolutionnaires et progressistes sont obligées de prendre une position précise concernant le foyer de résistance irakienne aux agressions américaines. Et à la fin, ce foyer de résistance armée combattra victorieusement la politique colonialiste américano-britannique.

L’invasion américano-britannique, qui a eu lieu sous couvert d’instaurer la démocratie en Irak, a finalement abouti à l’instauration d’un régime dictatorial et despotique sous le contrôle de l’Amérique. Paul Bremer, le gouverneur américain de l’Irak est désigné par le Pentagone. Il mène la plus oppressive et la plus violente politique possible contre le peuple irakien. Désormais, le monde entier sait que la férocité démontrée envers le peuple irakien et son massacre par le régime américain sont perpétrés pour piller le pétrole de ce pays. Ainsi le peuple mécontent d’Irak, de la ville héroïque de Falloudja à Bagdad et de Koufa à Kerbela et Nadjaf, en d’autres termes tout le pays participe au soulèvement populaire armé contre l’impérialisme envahisseur américain et ses alliés.

Actuellement l’impérialisme américain mène une politique d’octroi d’avantages au profit du régime de la RI comme p.ex la promesse d’instaurer un régime chiite en Irak, afin d’atténuer la haine du peuple irakien contre l’envahisseur et quitter ce pays avec moins de scandale et de discrédit. Si ces douze derniers mois, cette politique de compromis avec le régime clérical iranien a fonctionné, aujourd’hui malgré l’avis défavorable de la RI, une partie de la communauté chiite irakienne se rapproche des Sunnites. Ainsi, dans l’avenir, le soutien, les alliances et les compromis secrets du régime iranien avec les Etats-Unis n’auront pas une grande efficacité sur le terrain. C’est pour cette raison que récemment, pour ne pas se distancer de la lutte anti-impérialiste en Irak, le régime iranien prend des positions ouvertes à propos de la défense des lieux saints à Nadjaf et Kerbela. Et depuis que le régime de la RI soutient ouvertement le mouvement chiite en Irak, la pression des Etats-Unis pour confier le dossier des activités atomiques iraniennes au Conseil de Sécurité des Nations Unies s’est intensifiée.

C’est dans ces conditions, profitant de l’occasion et de leur alliance avec les Etats-Unis, que les décideurs iraniens ont écarté la fraction adverse (les réformistes proches de l’Occident) des postes clés. Malgré les déclarations des Américains et des Européens à propos du caractère antidémocratique du 7ème tour des élections législatives, dans lequel Khamenei (Guide suprême) et le Conseil de sauvegarde de la Constitution sont intervenus directement, tous les éléments « réformistes » ont été écartés. Dans cette manœuvre politique, d’une part, les Etats-Unis ont abandonné leurs éléments en Iran et, d’autre part ils ont favorisé le développement de l’influence et des interventions déplacées de la RI en Irak.

Travailleurs combattants,

L’expérience du mouvement international des travailleurs prouve qu’en restant ferme à la pensée révolutionnaire et à l’unité des marxistes-léninistes, en écartant toute sorte de fractionnisme et en restant ferme face aux cercles anti-travailleurs, la tâche pour la création d’une organisation indépendante de la classe ouvrière sera facilitée. Le travail organisé et basé sur des idées révolutionnaires peut assurer le succès de nos taches fixées pour le renversement du régime de la RII. Les courants qui par différentes manières et au nom du marxisme et du communisme essayent d’ignorer le rôle des travailleurs au cours des dernières années, les courants qui limitent les revendications des travailleurs seulement aux avantages syndicaux, les courants qui nient le rôle de la classe ouvrière dans la révolution démocratique, ces courants sont directement au service de la bourgeoisie. En niant les sacrifices des révolutionnaires iraniens, les éléments de ces courants essayent d’éloigner les travailleurs du socialisme.

Dans les circonstances actuelles, nous devons canaliser la lutte de la classe ouvrière et de la population contre l’impérialisme mondial avec à sa tête l’impérialisme américain et le régime réactionnaire de la RI. Au cours de l’histoire, le mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière a prouvé qu’il est partisan et défenseur des intérêts nationaux et des droits démocratiques des peuples. Aujourd’hui, pour assurer la victoire dans la lutte commune, les forces révolutionnaires et progressistes doivent s’unir. Une analyse réaliste et précise de la situation actuelle et des tâches urgentes pourront fixer les lignes générales des projets et des programmes ultérieurs.


Vive la Solidarité Internationale des Travailleurs

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran
28 avril 2004

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de